La culture, une passerelle d’échange entre les peuples

By 13/10/2019 octobre 14th, 2019 Edition 2019

« La culture demeure le meilleur moyen de coopération entre les peuples », a assuré le directeur de la maison d’édition algérienne « Frantz Fanon », Amar Ingrachen, en se félicitant de sa participation à ce Salon qui a ouvert la porte à la discussion, au débat et à l’échange sur diverses questions touchant la littérature, la politique, la culture ou encore l’histoire.

Sur la première participation de sa maison d’édition à cet événement culturel, M. Ingrachen a indiqué que le Salon maghrébin du livre est une occasion pour les éditeurs de son pays de promouvoir le produit culturel et littéraire algérien au Maroc.

Il également fait part de son souhait que cette rencontre culturelle soit renouvelée chaque année et puisse se développer d’avantage.

De son côté, le représentant de la maison d’Edition « Toumbouctou » (Mali), Ibrahima Aya, a souligné la symbolique du thème « transmission » choisi pour cette troisième édition, affirmant que « le livre permet la transmission et le partage de l’imaginaire, du savoir et de la connaissance entre des univers totalement différents ».

L’écrivain malien s’est dit heureux de rencontrer un nouveau public et de lui présenter quelques créations de la littérature malienne, soulignant l’importance de ces manifestations qui visent à promouvoir le partage avec le public marocain en général et le public oujdi en particulier.

Pour sa part, l’auteure marocaine spécialisée en littérature pour enfants, Amina Alaoui Hachimi, a estimé que sa participation à cette rencontre culturelle est une occasion de sensibiliser le public, petits et grands, sur l’importance de la lecture, plus particulièrement pour les enfants.

« La lecture est une fenêtre ouverte vers le monde et c’est par la lecture que nous pouvons évoluer et progresser », a affirmé Mme Alaoui Hachimi, également propriétaire de la maison d’édition « Yanbo Al Kitab ».

De son avis, le Salon « Lettres du Maghreb » constitue « une manifestation culturelle de l’avenir », faisant de la ville d’Oujda une destination culturelle.

Le Salon Maghrébin du Livre (Lettres du Maghreb), qui s’est ouvert mercredi à Oujda sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, connaît la participation de grands noms de la culture et de la littérature marocaine et internationale.

Au menu de cette troisième édition, 36 tables rondes, 10 expositions d’art plastique, deux soirées poétiques et plusieurs activités pour les jeunes et les enfants.

Outre le Salon où sont exposés des livres selon les normes internationales de l’édition et de la mise en valeur de l’édition et de la lecture, sont prévus un salon du livre jeunesse, un espace éveil à la lecture pour les enfants, un espace métiers du livre et un café littéraire pour les dédicaces et les rencontres avec les auteurs.

Source : MAP