Les efforts de préservation du patrimoine matériel et immatériel de la culture amazighe mis en avant

By 20/10/2018Actualités 2018

Les efforts déployés en matière de préservation et de valorisation du patrimoine matériel et immatériel de la culture amazighe ont été mis en avant par les participants à une table-ronde tenue, vendredi à Oujda, dans le cadre du Salon maghrébin du Livre »Lettres du Maghreb ».

La culture marocaine se caractérise dans son ensemble par une richesse et une diversité notable, dont la valeur des expressions témoigne du poids et de l’importance du capitale immatériel qu’elles représentent dans la production symbolique marocaine, ont souligné les conférenciers.

Rappelant l’importance que revêtent la protection et la valorisation du patrimoine culturel national et l’impératif de perpétuer cet héritage au profit des générations montantes, ils ont mis l’accent sur le travail mené notamment par l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM) pour sauvegarder et promouvoir la langue et la culture amazighes dans toutes ses formes et expressions.

Les animateurs de la table-ronde ont tenu, par l’occasion, à présenter à l’assistance trois beaux livres réalisés par l’IRCAM, à savoir « Culture immatérielle du Maroc : expressions artistiques amazighes », « Arts et architecture amazighes du Maroc » et « Maroc, regards en perspective ».

Dans une déclaration à la MAP, le secrétaire général de l’IRCAM, El Houssein Moujahid, a fait remarquer que depuis une décennie déjà il y a une prise de conscience et un intérêt accru pour la valorisation du patrimoine culturel, et l’Institut royal de la culture amazighe en est un exemple, de même que l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (INSAP) qui relève du ministère de la Culture.

« Former des architectes marocains, des archéologues, des linguistes, des musiciens marocains qui s’inspirent du patrimoine national » sont autant d’actions concrètes qui témoignent de cet intérêt grandissant, a-t-il dit.

M. Moujahid a par ailleurs fait remarquer que la valorisation de la culture en général requiert aussi une contribution des entreprises et des acteurs économiques.

Revenant sur les trois ouvrages présentés, il a expliqué que ces beaux livres sont faits par l’IRCAM dans le cadre de sa politique éditoriale, notant que l’Institut a réalisé jusqu’à présent plusieurs centaines d’ouvrages touchant différents domaines et aspects du patrimoine culturel amazighe.

Et de conclure que l’Institut s’attèle à « vulgariser de manière scientifique et esthétique cette culture, et les beaux livres sont faits pour ça ».

Source : MAP

SOUS LE HAUT-PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI