Le Salon maghrébin du livre à Oujda, une contribution ambitieuse à la consécration de la coopération culturelle

By 18/10/2018Actualités 2018

Le Salon maghrébin du livre apporte une contribution ambitieuse à la consécration de la coopération culturelle tant au niveau maghrébin que sur le plan Sud-Sud, a souligné, jeudi soir à Oujda, le ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed El Aaraj.

Le ministre s’exprimait à l’ouverture de la deuxième édition du Salon maghrébin du livre « Lettres du Maghreb », organisée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI autour du thème « Réinventer l’universel ».

Cette manifestation constitue « une contribution ambitieuse à la consécration de la coopération culturelle aussi bien au niveau du Maghreb qu’entre les pays africains auxquels le Salon rend un hommage symbolique en accueillant la Côte d’Ivoire en tant que pays invité d’honneur », a dit M. El Aaraj.

Il a mis l’accent dans ce sens sur la place de choix qu’occupe la Côte d’Ivoire au sein de l’Afrique et sur la solidité des liens historiques et culturels existant entre le Maroc et ce pays de l’Afrique de l’Ouest.

Et d’ajouter que le Salon maghrébin du livre est l’une des manifestations phares qui vient enrichir les activités culturelles, scientifiques et artistiques de cette année exceptionnelle célébrant l’événement « Oujda Capitale de la culture arabe pour 2018 ».

Selon lui, le programme culturel concocté par les organisateurs atteste de l’ambition légitime de ce Salon qui aspire à conforter son attractivité et son ouverture culturelle sur les préoccupations intellectuelles et créatives élémentaires.

Le ministre a mis en relief à cet effet les débats thématiques, les tables rondes et les rencontres poétiques programmés dans le cadre de cette deuxième édition.

Abondant dans ce sens, le président du Salon, Mohamed Mbarki, a fait observer que cette édition, qui se veut un événement culturel marqué par un grand sens de professionnalisme, réunit des intervenants relevant du monde arabe, africain, européen et celui de l’Amérique Latine, ajoutant qu’à l’image des éditions précédentes, il sera procédé à la publication des débats abordant les sujets d’actualité.

« Le Salon nourrit de grandes ambitions », qui vont à coup sûr se concrétiser, s’enthousiasme-t-il, notant que cette édition a assuré son ouverture sur des sites culturels à Oujda dont l’Université Mohammed Premier, le Centre des études et des recherches humaines et sociales d’Oujda (CERHSO), le Lycée Omar Ibn Abdelaziz et la Galerie d’Art.

Les enfants ne sont pas en reste, en ce sens que « Lettres du Maghreb » a tenu à programmer des espaces au profit de cette frange de la société, a-t-il dit.

Digne du foisonnement intellectuel que connaissait et que connait la cité millénaire d’Oujda « Capitale de la culture arabe pour l’année 2018 », le Salon sera rehaussé par l’organisation d’une trentaine de tables rondes, des soirées poétiques, des signatures de livres, en sus de quatre hommages qui seront rendus au célèbre poète palestinien Mahmoud Darwich, à l’écrivain ivoirien Bernard Dadié, à Touria Chaoui, première femme marocaine pilote et à Abdelwahab Meddeb, natif de Tunis, écrivain protéiforme adepte du soufisme et essayiste de grand talent.

« Écrire et créer en Afrique », « vivre ici et rêves d’ailleurs », « les héritages culturels », « Orient et Occident: les nouveaux horizons de pensée », « les jeunes: repères et attentes », « le Maghreb vu d’ailleurs », « les écritures féminines », sont autant de thèmes sur lesquels les intervenants devront mettre l’accent.

Source : MAP

SOUS LE HAUT-PATRONAGE DE SA MAJESTÉ LE ROI MOHAMMED VI